Philosophie

Pour les présentations, Théo, j’ai 21 ans. J’ai pris une année de césure au milieu de mes études (télécommunications à l’INSA de Lyon, l’école qui vous assure une formation sans reproche) pour partir voyager un an en Afrique de l’Ouest, à commencer par le Burkina Faso, à continuer là où les rencontres me mèneront.
Ce blog a pour but de vous tenir au courant, frères, soeurs, famille, amis, inconnus, des dernières nouvelles de mon périple.

Pourquoi ?
Il y a quelques années, au lycée, j’ai rencontré un magicien nommé Niels. Avec Niels, un simple geste du pouce pouvait vous emporter aux quatre coins du monde.
Avec Niels, on en a vu des vertes, des pas mûres et des limites toxiques, mais on en a aussi vu des belles. On s’est fait héberger pendant une semaine à Berlin par une Lituanienne sans colocataires fixes. On a roulé à 230 km/h sur l’autoroute avec Alex, un hybride d’ange gardien et de Mad Max, on a nourri des poules à Bruxelles, on s’est fait réveiller à la bombarde par des métalleux à Lorient, et à chaque fois, on en est revenus heureux. On a appris à prendre le temps de voir, on a appris à apprendre des gens. On a appris qu’il y a des moments où il faut se prendre en main, et des moments pour faire confiance.
Aujourd’hui, je pars seul, mais la méthode est là : voyager avec pas grand chose, en stop, en dormant chez l’habitant, en prévoyant peut pour rencontrer beaucoup.

Le portefeuille léger
Je pars avec un budget réduit, d’environ 5€ par jour, plus une assurance. Deux raisons à celà, la première, pratico-pratique, étant que mes pauvres revenus d’étudiants n’ont pas été capables d’amasser plus en un an, et la deuxième étant une conviction : celle qu’avec moins de moyens, on s’enferme moins dans une tourisme “consumériste”, et qu’on s’ouvre par nécessité au tourisme “humain”. Et c’est celui-là que je recherche avant tout.Comme précisé plus haut, j’affectionne également particulièrement les modes de voyages lents et peu chers (marche, vélo, autostop), et le logement chez l’habitant dans la mesure du possible. Pour un article édifiant sur l’autostop, se référer au blog Un tour deux singes, section “Notre manière et notre philosophie de voyage”.

Si l’Afrique risque de considérablement changer mes standards d’Européen, j’essaierai de perpétuer cette tradition tout au long du voyage.

Le Karnaval Humanitaire
Ce qui m’a poussé à partir au Burkina Faso plutôt qu’ailleurs, c’est avant tout le Karnaval Humanitaire. Association basée sur Lyon, 27 ans et toutes ses dents, le Karna organise un festival tous les ans en mars pour financer des projets de forage de puits au Burkina Faso, la patrie des hommes intègres.
J’ai passé une bonne partie de mon temps au sein de cette association tout le long de l’année dernière, j’y ai rencontré les fringuantes personnes qui s’y sont impliquées, et ce voyage sera l’occasion d’aller voir par moi même ce qui a été réalisé sur place, dans les villages de Kienparlogo et Pella. C’est donc à ça que je consacrerai mes premières semaines. Cependant, je n’ai pas l’intention de passer tout mon temps en Afrique à de l’humanitaire.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s